Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 15:26

 Le cancer des grands ensembles crées dans les années 70

ronge toujours la France !

 

A cette époque les symptomes sont les suivants:

Industrialisation de la Seine Aval(secteur automobile)=plein emploi et forte croissance démographique en partie liée à l'émigration=besoin de logements

En remède

On identifiait à la hâte des terrains à faible valeur marchande et donc éloignés du centre ville et plus facilement mobilisables pour une urbanisation rapide

On créait des  modèles urbains standardisés qu'on copiait -collait à l'infini, sans se préoccuper du contexte urbain,modal,social et environnemental de leur localisation.

L'implantation relevait plus d'opportunités foncières que de réelle volonté d'urbaniser de façon équilibrée.

On se préoccupait peu de l'éloignement du lieu de travail,ni de créer des transports avant de bâtir.

On se préoccupait peu de créer des liens avec les habitants des centres anciens.

 

En 1959 création de la Z U P (Zone Urbaine Prioritaire ) du Val Fourré

125 hectares=8200 logements=22100 habitants (2.7 h /logement)= 18 ans de travaux de 1959 à 1977

val fourréComme dans le futur Eco quartier Fluvial Mantes Rosny

Un paysage exceptionnel,que le Val Fourré à largement dévalué

(et que l'Eco quartier Fluvial Mantes Rosny va achever)

Des logements en hauteur et des grands espaces de verdure.

La proximité de la Seine et de la Butte verte,des équipements sportifs et scolaires,des commerces,des transports(en théorie)

Seulement à cette époque,il y avait encore du travail.

 

L'être humain supportant mal les conséquences d'une forte concentration,rapidement les classes moyennes qui en avaient les moyens s'évadèrent vers l'idéal pavillonnaire=paupérisation de la ZUP

Avant même d'arriver à l' achèvement  de la construction de ce quartier , dégradation rapide du cadre de vie,on atteint alors 85 % de logements sociaux.

Le point d'orgue est atteint en 1991 avec les célèbres émeutes du Val Fourré.

Prise de conscience  Nationale du problème local ,démolition progressive de 13 des grandes tours et de plusieurs barres.

En 2005 intervention de l'Etat = programme ANRU = 410 millions €  pour les grands ensembles du Val fourré et de Mantes la Ville=démolition et reconstruction des logements à 1 pour 1(ou presque)

avec respatialisation (étalement ) des logements sociaux reconstruits

4% au Val Fourré ,70% dans l'agglomération,26 % dans le département.

Depuis 1992: 20 ans de travaux de réhabilitation,qui continuent encore aujourd'hui,pour soigner la maladie de la ZUS du Val Fourré.

Et pourtant climat social toujours tendu ,dernières échauffourées pendant les élections présidentielles de 2012.

 

Aujourd'hui,appel à projet ,après appel à projet,les éco quartiers de grande taille se multiplient .

La maladie de la construction de masse,dont tous semblaient avoir compris les causes et les effets ,est en recrudescence .

Avec l'Eco quartier Fluvial Mantes Rosny c'est exactement la même évolution qu'on nous propose.

21 ans de travaux ,et en même temps évasion des classes moyennes pionnières,paupérisation puis réhabilitation à grands coups de millions d'€uros.

La construction de masse n'a rien de viable ni de durable,le passé l'a démontré !

Ainsi l'Europe,l'Etat,la Région,le département ,la CAMY s'apprêtent à s'engager à nouveau dans cette spirale infernale qui à déjà tant fait de dégâts.

Les opérations de logement  récentes du Mantois peinent à se vendre,le marché est tendu et concurrentiel.

Quels investisseurs pense-t-on attirer pour un projet de grand ensemble collé à une zone qui occupe la 4 ème place au podium des 157 Zones Urbaines (ZUS) les plus sensibles d' Ile  de France (1 source INSEE) et identifiée comme une des 15 Zones Prioritaires de Sécurité (ZPS) à l'echelle Nationale (2)

 

 

Certes la présentation  et le contexte sont différents:

Nous ne sommes plus en période de plein emploi,mais en période de crise mondiale et européenne:

croissance proche de zéro et à la baisse,endettement maximal,faible vision à court et à moyen terme,faible natalité.

 

On  ne parle plus de confort et de modernité mais de développement durable.

Ce projet ne s 'intègre pas dans un tissu existant ,il gangrène le dernier espace naturel périurbain.

L'opportunité foncière est toujours le motif,mais on l'a rebaptisé "préoccupation environnementale" et qualité de vie.Tout cela enrobé de verdure !

L'éco quartier Fluvial Mantes Rosny = grand ensemble, mais plus vert !

 

 

Laurent CHALARD

Docteur en géographie de l'université Paris IV Sorbonne depuis 2008

Auteur ou co auteur d'une soixantaine d'ouvrages sur les thématiques de la géographie urbaine,la géographie de la population et la géographie politique en particulier de la France mais aussi en Europe.

Aujourd'hui consultant indépendant en aménagement du territoire .

 

Dans sa tribune du Figaro du 7 Octobre 2012 ,il titre:

" Eco quartiers Franciliens ,les ghettos du futur"

 

Il s'interroge :

"..Serions nous sur le point de répéter la même erreur que nos prédécesseurs des trente glorieuses,avec la construction massive de grands ensembles,devenus le symbole du mal urbain?

Mêmes utopies,mêmes effets ! "

"..La construction des éco quartiers repose sur une utopie,celle d'une ville verte,plus proche de la nature... Or l'histoire nous enseigne que les utopies ne se concrétisent pas toujours par des réussites,en particulier sur le plan architectural."

Ensuite

"...Le contexte est identique:un fort besoin de logements en Ile de France,même si les raisons diffèrent...

Aujourd'hui le phénomène relève plutôt de modification des caractéristiques des ménages (la décohabitation ,les familles monoparentales,2 divorces sur 3)

Combinée au déficit de construction des 20 dernières années.Dans un marché immobilier Francilien tendu,l'état intervient en lançant de grands projets dans l'urgence,prévoyant 55 000 nouveaux logements sociaux d'ici à 2016 en Ile de France"

"..Ces projets rappellent la politique des grands ensembles.

Leur masse jusqu'à 5 000 logements en faisant de véritables petites villes et non vraiment des quartiers greffés dans un tissu ancien,est la pire des choses au niveau de leur insertion urbaine.

Leur localisation apparait pour les plus importants ahurissante.

Trés éloignés qu'il sont du centre de la capitale,mais très proches de grands ensembles à problèmes.

 

"Le projet d'éco quartier des Hautes Garennes,sur les communes de Mantes la Jolie et Rosny sur Seine (Yvelines), en constitue l'exemple caricatural,ayant tout pour se transformer en "Val Fourré 2 ", l'un des quartiers les plus paupérisés de France."

 

"En outre l'importance du nombre de logements sociaux prévus,se basant sur une mixité sociale qui ne fonctionne pas à cette échelle,risque de conduire très rapidement à leur paupérisation par phénomène de dégradation des propriétés avoisinantes.

Les éventuels ménages plus aisés qui viendraient s'y installer risquent de les quitter très vite,comme ce fut le cas pour les grands ensembles.

Enfin le caractère à dominante collective,mode d'habitat rejeté par la population quand il n'est pas central,n'est pas justifié pour les projets de grande couronne ".

"..On peut se demander si la politique actuelle est bien adaptée à la situation.

Il faudrait des projets moins massifs,mieux intégrés à leur environnement urbain et mieux localisés.

Car de nombreux quartiers s'annoncent déjà comme des ghettos en devenir.

Espérons que la ministre de l'égalité des territoires et du logement,Cécile DUFLOT,théoriquement écologiste,reviendra à la raison et abandonnera les plus importants d'entre eux, à commencer par les Hautes Garennes,au risque d'être responsable d'un nouvel échec urbanistique et social cuisant".

 

L'analyse d'un expert de cette renommée n'engendre aucune controverse.

A cette analyse j'ajouterais que la construction de 55 000 nouveaux logements sociaux  d'ici à 2016 en Ile de France implique également le versement de 55 000 nouvelles "allocation- logement " !

 

La tribune de Laurent CHALARD n'est pas retranscrite ici dans son intégralité,cependant,nous ne pensons pas avoir dénaturé ses propos que vous pouvez trouver en intégralité et avec son autorisation sur cet excellent site (ici)

 

Votre avis nous intéresse :

Vous pouvez laisser un commentaire ci dessous

Nos articles vous intéressent ?

Vous pouvez les recevoir dès leur parution en vous abonnant à la "news-letter" en haut à droite.

 

 

 

1) source INSEE

2) Les Zones Prioritaires de Sécurité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lautreechoduquartierfluvial - dans Projet
commenter cet article

commentaires

Michel AUBERT 07/11/2012 09:59


Cet article est intéressant, il donne des informations concrètes. Tout au plus on reste sur sa faim. 5000 logements prévus, cela semble largement excessif, c'est clair, mais quel serait la
quantité qui semblerait raisonnable ? Comment appréhender cette question ?

lautreechoduquartierfluvial 08/11/2012 12:56



Bonjour


Notre vision de la concertation est très différente de celle que nous avons vécu.


La démarche doit commencer très en amont ,lorsque le projet est envisagé,le débat doit réunir un maximum de personnes interessées(élus,associations ,particuliers) non pas prendre les avis 1 par
1, mais sous forme de débats contradictoires.


La concertation doit permettre à ceux qui le souhaitent de consulter les documents et études qui ont servi à élaborer le projet.Le débat doit etre contradictoire.


La présence d'un garant indépendant est indispensable.La concertation doit se dérouler par phases, chacune suivie d'un bilan rédigé par le garant.


La première phase doit permettre le débat sur:


Le contexte,les enjeux,les options envisagées,les raisons du choix retenu et ses conséquences prévisibles sur  l'environnement,sur l'économie et le bilan cout /avantages


La 2eme phase doit permettre de définir le projet


Examen des variantes,examen des études ,éventuellement demande d'études complémentaires,recherche d'éventuelles mesures compensatoires et garanties de fonctionnement


La 3 eme phase doit permettre


La mise au point du projet,un suivi de sa réalisation et un suivi des engagements du maitre d'ouvrage.


Pour répondre à vos questions:


une concertation doit bénéficier d'une large publicité, à fortiori pour un tel projet.


Avez -vous entendu parlé de la concertation? Et dans votre entourage?


une concertation digne de ce nom aurait permis de comprendre ,de débattre,d'emettre des propositions .


Nous en sommes à la phase de réalisation , sans jamais avoir pu débattre sur la pertinence,l 'ampleur,la localisation du projet.C'est mettre la charrue avant les boeufs .


En l'état ,la concertation ne met à disposition du public aucune donnée pouvant permettre de répondre à vos questions.Les demandes que nous avons faites en ce sens pendant la concertation sont
restées sans réponse.


C'est pourquoi , je peux juste me poser les mêmes questions que vous, sans pouvoir y répondre.


 


 


 


 


 


 



Présentation

  • : eco quartier fluvial Mantes Rosny l'autre echo du quartier fluvial
  • : Lanceurs d'alertes. contre l'urbanisation intensive. contre l'éco quartier fluvial Mantes Rosny. Faire entrer la nature en villes,OUI . Faire entrer la ville dans la nature,NON Pour une autre vision du developpement durable. Contre le green washing. Pour un développement équilibré. Pour la protection de la biodiversité.
  • Contact

Recherche